Lille

Inserm UMR-S1172/Centre de Recherche Jean Pierre Aubert

Equipe « mucines, différenciation et cancérogenèse épithéliales »

Dir : Isabelle Van Seuningen

Lille 

Le cancer du pancréas est un cancer mortel de mauvais pronostic caractérisé par l’absence de diagnostic et par une extrême résistance aux traitements chimiothérapeutiques. La compréhension des mécanismes sous-jacents à cette résistance est donc un pré-requis si l’on veut à l’avenir pouvoir proposer des thérapies plus efficaces, simples ou combinées, via la resensibilisation des cellules cancéreuses aux drogues. Au laboratoire « Mucines, cancérogenèse et différenciation épithéliales » (Inserm UMR-S1172/Centre de Recherche Jean Pierre Aubert, Lille), nous avons identifié le complexe oncogénique MUC4-ErbB2 comme cible thérapeutique potentielle pour réduire la prolifération et la résistance aux drogues des cellules cancéreuses pancréatiques. La néo-expression de MUC4, partenaire du récepteur oncogénique ErbB2, dès le stade précoce PanIN1A jusqu’à l’adénocarcinome, accompagne la transformation de la muqueuse canalaire, favorise la progression tumorale et est associée à un mauvais pronostic de la tumeur (Jonckheere and Van Seuningen, 2010 ; Jonckheere et al., 2014). De plus, MUC4 et ErbB2 interfèrent avec la sensibilité des cellules cancéreuses pancréatiques à la gemcitabine, la drogue de référence dans le traitement du cancer pancréatique, ainsi qu’à celles incluses dans le protocole FOLFIRINOX (Skrypek et al., 2013 ; Skrypek et al., 2015).

Notre but est maintenant d’élucider les mécanismes de résistance médiés par la mucine MUC4 et de proposer sur la base de nos travaux (identification des mécanismes moléculaires associés à la résistance et identification de nouveaux biomarqueurs) des traitements personnalisés afin de mieux traiter ce cancer mortel.

Nos travaux se déclinent en 3 axes :

A- Déterminer les mécanismes moléculaires médiés par MUC4 responsables de l’acquisition des propriétés de chimiorésistance,

B- Valider l’effet thérapeutique des marqueurs identifiés dans des modèles in vivo (modèle de chimiorésistance induite, xénogreffes orthotopiques (Patient Derived Xenograft, PDX) et modèle murin préclinique de cancer pancréatique) et in vitro (culture cellulaire 2D et 3D, modèles chimiorésistants),

C- Valider les marqueurs de chimiorésistance dans des cohortes de patients et proposer de nouveaux marqueurs prédictifs de la réponse aux drogues chimiothérapeutiques.

 

ADK35.jpg